Sainte Maria Goretti

Download PDF

1Cor 6,13c-15a.17-20

Lecture pour la commémoration de Sainte Maria Goretti

Le corps n’est pas pour la débauche, il est pour le Seigneur, et le Seigneur est pour le corps ; et Dieu, par sa puissance, a ressuscité le Seigneur et nous ressuscitera nous aussi. Ne le savez-vous pas ? Vos corps sont les membres du Christ. Celui qui s’unit au Seigneur ne fait avec lui qu’un seul esprit. Fuyez la débauche. Tous les péchés que l’homme peut commettre sont extérieurs à son corps ; mais l’homme qui se livre à la débauche commet un péché contre son propre corps. Ne le savez-vous pas ? Votre corps est un sanctuaire de l’Esprit Saint, lui qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu ; vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes, car vous avez été achetés à grand prix. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps.

Aujourd’hui, nous nous tournons vers Sainte Maria Goretti, martyre de la pureté, à qui ces mots de la Lettre aux Corinthiens s’appliquent très bien.

Maria Goretti est née et baptisée le 16 octobre 1890 à Corinaldo (Ancône, Italie), troisième d’une famille de sept enfants. Elle perd son père alors qu’elle n’a que 10 ans. Maria s’occupait des tâches ménagères et de ses jeunes frères et sœurs, afin que sa mère puisse gagner chichement sa vie en travaillant dans les champs. Maria a résisté vigoureusement lorsqu’un jeune homme a tenté de la violer. Il l’a blessée si brutalement que le lendemain (6 juillet 1902), elle a succombé à ses blessures. Lorsqu’on lui a demandé si elle pardonnait à son meurtrier, elle a répondu : « Je lui pardonne certainement. Du haut du ciel, je prierai pour sa conversion. Pour l’amour de Jésus, qui a pardonné au voleur repenti, je veux aussi l’avoir près de moi au Paradis ».

Alessandro Serenelli, son assassin, a été condamné à 30 ans de travaux forcés. Il dit s’être repenti grâce à un rêve dans lequel il a vu sa victime, qui lui a donné quatorze lys. À Noël 1928, il bénéficie d’une libération anticipée pour bonne conduite. Alessandro demande le pardon à la mère de Maria, qui le lui accorde. Il travailla ensuite comme jardinier au monastère des Capucins de Macerata et entra dans le Tiers-Ordre franciscain. Il était encore en vie lorsque Maria Goretti a été canonisée en 1950.

Donner sa vie pour préserver la pureté est un acte d’amour héroïque. Maria Goretti connaissait son meurtrier. Il l’avait déjà harcelée à plusieurs reprises et, alors qu’il la battait et la poignardait, Maria l’avertissait qu’il irait en enfer.

Cet acte héroïque de sainte Maria Goretti est de plus en plus difficile à comprendre dans l’esprit de notre époque, où le grand trésor de la chasteté est de tout temps moins apprécié. Ceux qui se gardent de la fornication et se détournent résolument des tentations dans ce domaine sont de peux nombreux. Notre société est déjà trop inondée de provocations sexuelles, qui vont pratiquement de soi. Dès que l’on participe à la vie publique, on est souvent confronté à des contenus qui se prêtent à des atteintes à ce domaine particulièrement sensible. À cela s’ajoute le fait que nombre de personnes sont faibles face à ces tentations, de sorte qu’elles sont confrontées à une double lutte : d’une part, rejeter les provocations extérieures et, d’autre part, contenir le déchaînement de la sensualité, qui se laisse facilement emporter par les attraits qui leur sont offerts.

Il ne fait aucun doute que nous devons affronter cette lutte, si nous ne voulons pas être à la merci de l’esprit impur, qui, malheureusement, n’est souvent pas, même dans notre Église, identifié et rejeté avec force. Mais c’est indispensable ! Sinon, nous nous laisserons déterminer par nos penchants sexuels.

Cependant, nous ne devons pas rester seulement sur la défensive, nous devons découvrir plus profondément la beauté de la chasteté.

En effet, la chasteté et la pureté ne se limitent pas à la lutte contre la tentation de l’impureté. C’est pourquoi l’acquisition de ces vertus est liée à l’activation de toute notre vie spirituelle.

De même que, sur le chemin de la sainteté, nous devons nous efforcer d’acquérir les vertus, et que les dons de l’Esprit Saint doivent se déployer avec l’aide des saints sacrements, il est également important de se laisser attirer par la pureté et de la rechercher. Cela se produit, par exemple, en méditant les paroles du psaume qui éclairent notre pensée : « Ta parole est très pure et ton serviteur l’aime » (Ps 119, 140) ; ou encore en contemplant l’exemple des saints et, plus encore, du Seigneur lui-même, dont les yeux sont trop purs pour regarder le mal, comme le dit le prophète Habacuc (cf. Hab 1, 13).

Nous devons chercher à connaître le Seigneur dans sa bonté et apprendre à voir les personnes avec son regard d’amour. Par conséquent, nous n’atteignons pas seulement la pureté et la chasteté en rejetant le mal, mais en nous rapprochant toujours plus de la source d’où jaillissent ces vertus, qui est Dieu lui-même.

En d’autres termes, plus nous nous rapprochons de Dieu, plus notre désir de pureté grandit, ainsi que la force de résister à l’impureté, même dans ses manifestations les plus subtiles. L’Esprit Saint joue ici un rôle important : « Car Sagesse, en effet, se meut d’un mouvement qui surpasse tous les autres ; elle traverse et pénètre toute chose à cause de sa pureté » (Sg 7,24).

La présence de l’Esprit Saint dans une âme en état de grâce et docile à son égard pénètre tout ce qui ne peut tenir devant Dieu. Il accomplit cette œuvre de transformation en nous, en purifiant nos cœurs. Sa présence se déploie de plus en plus finement en nous, de sorte que le désir de pureté à tous égards grandit. Puisque notre âme a sa vraie demeure dans ce domaine sacré, elle percevra plus facilement quand elle est violée et se détournera de tout ce qui peut l’offenser. Elle souffrira de plus en plus de l’impureté dans toutes ses manifestations et se retirera attentivement et naturellement de toutes les occasions qui amènent avec elles cette sphère obscure, qu’elles viennent de l’extérieur ou de l’intérieur.

Sainte Maria Goretti a eu une enfance difficile dans les conditions extérieures, mais elle avait reçu une bonne éducation religieuse de la part de sa mère. Elle sut donc préserver le trésor de la chasteté. Lorsque celui-ci a été violemment attaqué, elle l’a défendu dans l’esprit de la crainte de Dieu. Et rappelons-nous qu’elle a averti le meurtrier de l’enfer.

Elle a démontré la grandeur de son amour en pardonnant à son agresseur sur son lit de mort : « À cause de Jésus, qui a pardonné au voleur repenti, je veux aussi l’avoir près de moi au Paradis ».

On ne peut que s’incliner devant la présence de Dieu qui se manifeste dans cette jeune fille, et tirer son chapeau à la magnanimité de son âme !

%d blogueurs aiment cette page :